Assez largement dominée dans l’utilisation du ballon durant une heure, l’équipe de France a remporté la Ligue des Nations en battant l’Espagne (1-2), ce dimanche, en finale à Milan. Karim Benzema et Kylian Mbappé ont encore fait parler la poudre pour permettre aux Bleus de succéder au Portugal dans le palmarès de cette compétition.

Les Bleus entraient plutôt bien dans le match avec dix minutes d’intense pressing qui gênait énormément la première relance espagnole. Une entrée en matière intéressante qui aurait pu être récompensée sur une percée de Benzema qui ne trouvait pas Mbappé sur sa passe en retrait. Débutait alors une très longue phase de jeu ibérique. Très à l’aise techniquement, la Roja confisquait le ballon et se baladait entre les lignes tricolores avec une facilité déconcertante.

Une domination stérile, certes, puisque les Espagnols ne parvenaient pas à se rapprocher du but de Lloris, mais les Français ne proposaient absolument rien, passant leur temps à courir désespérément derrière le cuir. Cette physionomie de match se poursuivait jusqu’à la pause, bien venue pour les champions du monde, qui voyaient Varane céder sa place à Upamecano suite à une blessure sur un repli défensif. Une première période très pénible pour des Bleus qui n’ont pas vu la lumière.

Toujours baladés au retour des vestiaires, les hommes de Didier Deschamps se montraient plus agressifs. La paire Pogba-Tchouaméni devait même se dépasser pour tenir la baraque. Et pourtant, la France aurait pu prendre les devants sur une de ses rares incursions, mais Hernandez touchait la barre. Sur l’action qui suivait, Oyarzabal profitait d’une double erreur de Koundé et Upamecano pour ajuster Lloris (1-0, 64e). Un coup de massue pour les Bleus. Mais Benzema, qui avait sonné la révolte contre la Belgique, illuminait San Siro en envoyant un amour de ballon enroulé dans la lucarne de Simon (1-1, 66e).

Après trois minutes de folie, la partie restait rythmée. En confiance, les Tricolores mettaient la pression et passaient proches du deuxième but sur une frappe trop molle de Mbappé. Sur sa deuxième tentative, l’attaquant du PSG avait beaucoup moins de pitié puisque lancé par Hernandez à la limite du hors-jeu, il punissait Simon d’une frappe précise à ras de terre (1-2, 81e). Dans les dernières minutes, Lloris sauvait les meubles en repoussant deux tirs très dangereux d’Oyarzabal et Yeremy. Solides, notamment grâce à un Pogba démentiel, les Bleus assuraient la victoire et un premier sacre dans l’épreuve !

Avec Maxifoot 

Check Also

Entretien exclusif avec Ibrahima Niane : « La Famille, les amis, le club: un grand soutien durant ma blessure. Je reste à Metz pour confirmer »

11 journées de championnat en L1, Un but, une passe décisive depuis le début de la saison.…