Commencent à poindre, l’heure n’est pas encore aux masques mais aux turbans version sahélienne pour couvrir les visages malgré un mercure à plus de 40 degrés. À l’arrière-plan de cette scène digne d’un décor des premiers Mad Max, un bolide s’est Silencieusement garé. Du Hummer rutilant, ce n’est pas Mel Gibson qui sort, mais Amdy Faye. «La voiture me permet de rallier Dakar en un peu plus d’une heure, s’excuse presque l’ancien footballeur, qui n’a pas pris un gramme dix ans après avoir raccroché. Depuis que je vis ici,je donne rendez-vous devant la mosquée pour que mes invités ne se perdent pas.»

TROIS FOIS PLUS D’ÉLÈVES EN CINQ ANS

Avec son riche parcours, l’ancien international sénégalais est une attraction en ville, même si l’homme préfère la discrétion. Quart-finaliste de la Coupe du monde 2002, vainqueur de la Coupe de France 2003 avec Auxerre (2-1 face au PSG en finale), Faye s’est retiré des terrains après plus d’une décennie de carrière professionnelle qui l’a conduit à Monaco, Fréjus, Auxerre. Après cette victoire en Coupe, il franchit la Manche pour une escale d’un an et demi dans le port de Portsmouth, puis à Newcastle, aux Glasgow Rangers et à Charlton. C’est finalement à Leeds United, après deux ans à Stoke, que Faye a fini sa carrière il y a pile dix ans. Le temps de faire ce rappel de sa vie d’avant,sa carriole moderne avec clim à fond se faufile entre charrettes, calèches et autres Peugeot 404 vintage transformées en taxi-brousse. Le paysage de cette ville qui s’agrandit -Touba est la deuxième la plus peuplée du Sénégal avec un million d’habitants -change au bout d’un quart d’heure. La forte densité autour de la grande mosquée de Touba a laissé place à des habitations disparates. La voiture s’immobilise dans le parking informel d’un immeuble de deux étages aux couleurs marron et jaune. «Voici l’école privée Cheikh Saliou Mbacké, que j’ai mise en place en 2016. Elle accueille les élèves de la sixième à la terminale. De 66 la première année, ils sont désormais plus de 200 cinq ans plus tard ! «Le choix de l’emplacement n’est pas fortuit. «Nous sommes dans le quartier de Guédé, c’est la cité du savoir de Touba. Beaucoup d’érudits y habitent, on peut dire que c’est la cité universitaire de la localité.»

UNE DÉROGATION SPÉCIALE

Mettre en place une école française est un exploit aussi important que de remporter la Coupe de France. « Ce type d’enseignement n’était pas autorisé. En dehors des écoles coraniques, seules sont tolérées celles en langue arabe. J’ai réussi à disposer d’une dérogation exceptionnelle fournie par les autorités religieuses afin d’y implanter une école française qui forme également à certains métiers cosmétiques (NDLR: fabrication du savon) et à la création de panneaux solaires. « Pour Amdy Faye, la lumière est venue d’une aube troublée par des questions. « En visite à Touba, un jour, j’ai assisté à la prière du matin (à 6 heures). En sortant de la mosquée, j’ai remarqué que tous les adolescents embarquaient dans les transports pour aller à Mbacké (la ville voisine), « Une situation ubuesque rendue logique par le fait qu’il n’existait pas d’école française à Touba. « C’est ainsi que j’ai entamé des démarches pour établir une école française à Touba. Pour convaincre les autorités religieuses locales, Amdy Faye fait preuve de bon sens. «Mon discours était simple : la cité est devenue une ville importante, ses enfants vont pouvoir iy former tout en respectant les caractères spécifiques d’une ville religieuse. Le volet social est aussi

Avec Francefootball 

Check Also

CAN 2021 : Le Maroc en tête, les Comores éliminent le Ghana !

Véritable surprise à la Coupe d’Afrique des Nations ! Ce mardi, le Ghana a été élimi…