A 24 heures du quart de finale aller de la Coupe la Coupe CAF devant opposer son équipe au Coton Sport, ce dimanche 16 mai à 13 heures GMT, Cheikh GUEYE, Entraineur du Jaraaf, et Mbaye Babacar SECK, défenseur latéral gauche, décontractés et optimistes, se sont prêtés aux questions des journalistes. 

Le Coton Sport, le meilleur adversaire ?

Cheikh GUEYE : C’est vrai que comme vous l’avez dit, j’avais soutenu que le Coton Sport était le tirage que nous souhaitions. Non pas parce que je sous-estimais l’adversaire qui est une grande équipe, mais plutôt pour des raisons de logistique car de tous les adversaires que nous risquions de rencontrer, le Coton Sport était le meilleur que nous aurions pu avoir sur le plan logistique. Le Coton Sport reste une grande équipe et un grand d’Afrique que nous connaissons tous au Sénégal, surtout grâce à notre grand-frère et ainé dans ce métier d’entraineur, Lamine Ndiaye.

Jeu, qualités de l’adversaire et conditions climatiques

Cheikh GUEYE : L’adversaire a beaucoup de qualités. Il a un jeu pluriel et de fortes individualités dont le burkinabé Sibiri Arnaud Sanou qui a un jeu déséquilibrant. Il y en a aussi que nous avons vu jouer lors du CHAN dont l’attaquant Lambert ainsi que le défenseur Pierre Etame. Nous nous préparons à bien contrecarrer leurs plans en ayant une bonne assise défensive. Pour les conditions climatiques, je dirais que nous sommes tous des êtres humains et que ce sera dur pour toutes les deux équipes. Je suis de ce qui pense qu’il faut revoir les horaires pour favoriser le spectacle.

Les objectifs dans ce match 

Cheikh GUEYE : Nous savons que l’adversaire fera tout pour se mettre à l’abri dès les 20 premières minutes et essayer de prendre une option sur la qualification. Mais nous sommes venus pour faire un résultat positif en mettant en place une bonne tactique pour ne pas encaisser de but et pourquoi pas ne pas réaliser le holdup.

Mbaye Babacar SECK : Nous sommes conscients de toutes les attentes placées en nous. Nous nous sommes bien préparés aux plans technique et mental pour faire un résultat positif.

Absence du capitaine et meilleur buteur Pape Youssou Paye 

Cheikh GUEYE : Pape Youssou est un attaquant qui, quand je venais au club, revenais de blessure. Je l’ai fait jouer sur le côté avant de le placer dans l’axe de l’attaque afin de miser sur ses qualités par rapport au jeu en pivot dont j’avais besoin pour l’équipe et il a, de ce point de vue, donner entière satisfaction. C’est vrai qu’il est blessé depuis le match contre l’AS Pikine, mais il est possible également qu’il joue. Nous travaillons pour le récupérer. Nous ne nous faisons pas trop de soucis par rapport à son éventuelle absence car nous avons la chance d’avoir un groupe avec des joueurs de qualité qui sont interchangeables. Peut-être même que son absence pourrait nous être favorable car c’est un joueur qui s’est bien illustré dans cette compétition et que notre adversaire a préparé son plan de jeu en prenant en compte sa présence. On peut amener aussi un attaquant d’espace et amener la défense adverse à jouer plus dans la couverture comme nous pouvons aussi jouer avec lui et un autre attaquant. Toutes les options restent envisageables.

Nombre de but à l’extérieur faible et bonne défense

Mbaye Babacar SECK : Vous savez, chaque match a sa propre physionomie. Mais je trouve que nous nous sommes bien comportés à l’extérieur depuis le début de cette compétition. Par rapport à la défense aussi, grâce à Dieu, on s’en sort pas mal pour le moment. Chacun y met du sien pour que les choses aillent bien.

L’important du gardien Pape Seydou Ndiaye 

Cheikh GUEYE : Pape Seydou est un grand gardien qui fait un excellent travail. Il a eu d’ailleurs à le démonter dans cette compétition avec de nombreux arrêts réflexes. Mais les trois de devant aussi travaillent de façon excellente pour stopper les attaques adverses. Pour vous dire que tout le monde est important dans le groupe.

Les footballeurs sénégalais et l’aspect mental 

Cheikh GUEYE : Je dirais que c’est un mythe, un a priori, que certains se font du football sénégalais. Mais je ne suis pas de ceux qui pensent ainsi. C’est vrai que nous affrontons un club émanant d’un pays réputé fort mentalement, mais le Sénégal est depuis trois (03) ans en tête du classement africain de meilleures équipes, et ce n’est pas pour rien. Quant à nous, le Jaraaf, nous avons eu, en phases de poules, à rencontrer de fortes équipes maghrébines et à faire des déplacements difficiles pour en sortir avec des résultats positifs grâce à mental.

Contrastes entre le comportement en Coupe CAF et en championnat 

Il est vrai qu’en championnat, nous sommes à une place où ne souhaitions pas être, mais nous ne sommes largués et nous avons aussi des matchs en retard. Nous sommes maintenant l’équipe à battre. Nous devons surtout améliorer la préparation mentale et travailler encore davantage car les équipes adverses nous attendent beaucoup. Elles sont hyper motivés en nous rencontrant ; ce que je trouve d’ailleurs normal.

Cheikh Guèye, un entraineur jeune et excellent communiquant

Cheikh GUEYE : C’est vrai qu’en Afrique nous n’avons pas pour habitude de confier des fonctions importantes à des jeunes mais la tendance actuelle en matière de coaching, c’est de confier les équipes à des jeunes techniciens de 35 ou 40 ans. Moi, j’ai démarré le métier depuis 2007. Et c’est cette année que j’ai eu la chance d’entrainer un grand club comme le Jaraaf que j’essaye de faire avancer.

Les ambitions du Jaraaf dans la compétition 

Je suis un entraineur optimiste. Les joueurs aussi le sont. Ils sont conscients, depuis le début de cette compétition, qu’ils sont des ambassadeurs du Sénégal et qu’ils représentent tout le peuple sénégalais. Comme nous l’avions dit, nous prendrons les matchs un à un, en faisant tout pour faire de bons résultats et, pourquoi pas, ne pas aller au bout pour réaliser le rêve de tous les sénégalais.

Avec Jaraaf.sn

Check Also

Samuel Eto’o met en garde Sadio Mané

L’ancien attaquant du FC Barcelone et de l’Inter de Milan, Samuel Eto’o, qui fut le capita…