D’adjoint, Mamadou Diallo passe au poste d’entraîneur principal de l’équipe nationale de Beach Soccer. L’ ancien international sénégalais rend un vibrant hommage à son prédécesseur avec qui il a entretenu d’excellentes relations. Mamadou Diallo avoue d’ailleurs qu’il lui sera difficile de faire mieux en terme de palmarès que Ngalla Sylla mais c’est aussi ça le défi. De nouveaux challenges qui commencent dans moins de 5 mois avec une coupe d’Afrique qui se profile à l’horizon.

Comment accueillez-vous cette nomination au poste de sélectionneur de l’équipe nationale de Beach Soccer ?

Je suis heureux d’avoir été nommé seldction de l’équipe nationale de Beach Soccer. Effectivement j’étais l’adjoint de Ngalla Sylla qui vient de rejoindre l’équipe nationale du Maroc et je le remplace. Je me félicite du choix de la fédération sénégalaise de football et cela s’inscrit dans une logique de continuité.

Nous connaissons déjà l’environnement de l’équipe donc à mon avis il n’était pas utile d’emmener une nouvelle personne.

Quels sont vos objectifs avec cette équipe ?

Cela représente un challenge pour moi car je deviens le sélectionneur d’une équipe qui a déjà eu à gagner beaucoup de trophées. Je dois rester dans la même dynamique avec une année qui s’annonce difficile. Le Sénégal est un pays attendu et on se dirige vers une coupe d’Afrique difficile.

La difficulté est liée au fait que beaucoup de pays à l’image de Madagascar, du Nigéria avaient arrêté leur championnat mais ils vont revenir cette année. Je prie le Bon Dieu qu’il me donne la force de mener à bien cette mission car c’est un défi que je dois relever. Nous sommes à 5 mois de la prochaine coupe d’Afrique et je demande à la fédération sénégalaise de football, comme à son habitude de nous permettre de faire une bonne préparation, de faire démarrer le championnat assez tôt. On espère au minimum 3 mois de préparation.

Le départ de Ngalla Sylla au Maroc a-t-il été une surprise ?

Je dois d’abord dire que Ngalla va beaucoup nous manquer. Il va être difficile de faire aussi bien que lui. Nous avions une vraie complicité. De nous deux, tu ne pouvais savoir qui était l’entraîneur principal. Je dois aussi dire que sur le plan tactique, Ngalla était un entraîneur chevronné et moi je travaillais sur les plans technique et physique. On faisait un bon duo. Ngalla Sylla fait partie des meilleurs entraîneurs du monde au point d’impressionner les instructeurs FIFA et CAN durant nos sessions de formation. Les

marocains ont donc fait un très bon choix et cela montre que nous avons des gens de qualité dont nous devons reconnaître la valeur. J’aurai préféré qu’il reste avec nous mais le sport est aussi fait de challenge. Parfois on veut découvrir de nouvelles choses et relever de nouveaux challenges. Ngalla Sylla a été sacre 3 fois champion d’Afrique, il a fait 2 quarts de finale et une demi-finale de Coupe du monde. Je lui souhaite bonne chance mais j’avoue qu’il va me manquer. J’espère avoir la chance de travailler avec des adjoints qui seront tout aussi loyaux. J’ai toujours voué respect à Ngalla, je l’ai toujours suivi

dans ses choix et cela a favorisé une bonne cohésion. Je n’en attends pas moins de mes futurs adjoints.

Propos recueillis par Racky Traore

Check Also

Mercato OM : Un autre club de ligue 1 s’intéresse à Bamba Dieng !

Écarté par Igor Tudor, Bamba Dieng est toujours à l’OM à deux semaines de la fin du …