La pandémie pourrait coûter 14 milliards de dollars au foot mondial

L’instance du football mondial a fait savoir que son sport pourrait perdre l’équivalent de 11,8 milliards d’euros en raison du Covid-19.

Alors que la pandémie de coronavirus n’est pas encore endiguée, il est déjà l’heure de faire les comptes pour la FIFA. Olli Rehn, en charge de s’occuper des conséquences de la pandémie, a indiqué ce mercredi que plus de 150 fédérations mondiales avait sollicité un plan d’aide de la FIFA élevé à 1,5 milliard de dollars. Un total de 14 milliards de dollars de perte est à prévoir.

Des pertes plus importantes en Europe

Entre les perturbations de calendrier, les stades vides et les pertes de droits télévisés, cette estimation « couvre la totalité de l’économie du football » pour les 211 associations membres de la FIFA, formations et équipes de jeunes incluses, a expliqué le Finlandais lors d’un point-presse.

Sans entrer dans les détails, il a précisé que le football sud-américain « avait souffert assez lourdement », sur un continent durement frappé par la pandémie, même si « en termes absolus », l’Europe accuse des pertes plus importantes. Cette aide n’est « pas limitée dans le temps » et vise à permettre aux fédérations de « surmonter cette crise » sur le long terme, a ajouté Olli Rehn, pour qui d’autres pays membres « peuvent solliciter des fonds ultérieurement ».

Jusqu’à 1,5 million de dollars d’aide par association

« La demande de subventions est très forte », dépassant celle de prêts, alors que la Fifa prévoit d’accorder jusqu’à 1,5 million de dollars par association membre, et jusqu’à 2 millions de dollars par confédération. Dans une étude publiée début juillet, le syndicat européen des clubs (ECA) chiffrait à 4 milliards d’euros l’impact financier du Covid sur les revenus des seuls clubs européens, calculé sur les deux saisons 2019-20 et 2020-21.

« Nombre de clubs risquent leur existence », avait souligné la semaine dernière l’influent Andrea Agnelli, président de la Juventus et de l’ECA, expliquant qu’il fallait composer avec la « contraction » économique d’un secteur qui a longtemps vu croître ses sources de recettes. Une perte de 4 milliards de dollars (pour les clubs européens avait été évoquée.

 

Avec RMC