Le Barça encore stoppé, Man United enchaîne en beauté, la Juve fait le spectacle

Devant au score à deux reprises, le FC Barcelone a concédé le résultat nul contre l’Atletico Madrid (2-2), ce mardi, lors du choc de la 33e journée de Liga.

D’entrée mis en difficulté, Barcelone trouvait rapidement la faille. Sur un corner court de Messi, Diego Costa trompait malencontreusement Oblak en voulant dégager le ballon (1-0, 12e). Une joie de courte durée pour le club catalan. En effet, Vidal concédait un penalty après une belle accélération de Carrasco. Alors que Diego Costa voyait sa tentative être repoussée par Ter Stegen, l’arbitre avertissait le gardien allemand pour s’être trop avancé. Saul, lui, ne manquait pas son duel et remettait les pendules à l’heure (1-1, 19e).

Plus prudents, les Colchoneros laissaient le ballon à leurs adversaires et misaient sur les contres supersoniques menés par Carrasco, intenable dans son couloir. Face au manque de créativité des locaux, qui ne comptaient que sur un exploit de Messi, proche de trouver la faille sur une superbe frappe enroulée, les Rojiblancos se montraient plus agressifs et intimidants. Assez pour empêcher les hommes de Quique Setién, malgré leur domination territoriale, de se rapprocher du but d’Oblak.

Dès le retour des vestiaires, Barcelone reprenait les devants. En retard, Felipe était averti pour une faute très légère sur Semedo, qui permettait à Messi de marquer son penalty d’une belle Panenka (2-1, 50e). Là-aussi, la joie était de courte durée. Pas paniqué, l’Atletico obtenait à son tour un nouveau penalty pour faute encore une fois très légère de Semedo sur Carrasco, décidément dans tous les bons coups. Comme en première période, Saul transformait la sentence, de la même façon, non sans difficulté (2-2, 62e).

Dans le dernier quart d’heure, Barcelone jetait ses dernières forces dans la bataille, avec un Vidal plus tranchant qui obtenait deux belles occasions. Mais la frilosité du coach blaugrana combinée à l’absence de cohésion collective dans le dernier tiers du terrain empêchaient le champion d’Espagne de faire encore plus mal à la solide muraille madrilène. En cas de succès contre Getafe, jeudi, le Real Madrid pourrait faire un pas très important vers un premier titre depuis 2017. Et le Barça ne pourra s’en prendre qu’à lui-même…

Après quatre matchs nuls consécutifs, le FC Séville s’est réveillé en beauté ce mardi en s’imposant largement sur le terrain de Leganés (3-0) Un doublé d’Oliver Torres (23e, 35e) et un but tardif d’El Haddadi (82e) permettent aux hommes de Julen Lopetegui de revenir provisoirement à deux points de la 3e place du classement, propriété de l’Atletico Madrid qui affronte actuellement le FC Barcelone. Leganés est 19e et quasiment condamné.

Après une belle performance face au FC Barcelone, le Celta Vigo a été écrasé par Majorque (1-5) lors de la 33e journée. Budimir (13e, 52e), Cucho Hernandez (27e), Pozo (40e) et Sevilla (60e) ont marqué pour Majorque. Aspas a réduit le score pour le Celta Vigo (50e). Au classement, le Celta Vigo reste 17e mais son avance sur son bourreau du soir n’est plus que de cinq points.

En forme, Manchester United a décroché une troisième victoire consécutive toutes compétitions confondues en disposant facilement de Brighton (3-0) ce mardi pour le compte de la 32e journée de Premier League.

Bien lancés par l’ouverture du score de Greenwood (17e), les Red Devils ont ensuite fait le break grâce à un doublé de leur nouveau maillon fort, Bruno Fernandes (29e, 50e). Sur son premier but, le Portugais a été parfaitement décalé par Pogba, qui confirme sa forme actuelle et qui affiche une relation technique de plus en plus intéressante avec le Lusitanien.

MU dépasse Wolverhampton à la 5e place et revient provisoirement à deux petits points de Chelsea et de la Ligue des Champions.

Intouchable leader de la Serie A, la Juventus Turin a repris 4 points d’avance en tête en s’imposant sur le terrain du Genoa (3-1) ce mardi à l’occasion de la 29e journée. Tenus en échec en première période, les coéquipiers de Dybala ont fait la différence au retour des vestiaires sur trois buts splendides.

La Joya a d’abord ouvert le score au terme d’un petit slalom dans la surface (50e). Ronaldo a enfoncé le clou dans la foulée d’un coup de canon des 20 mètres (57e), puis Douglas Costa a achevé le festival en marquant d’un superbe enroulé du gauche en pleine lucarne (73e). Pinamonti a profité de la passivité de la défense turinoise pour sauver l’honneur en faveur des locaux (76e), 17es et sous la menace.

Dauphin de la Juventus Turin, la Lazio Rome est provisoirement revenue à un point du leader en renversant le Torino (2-1)

Rapidement menés après un penalty de Belotti (5e), les visiteurs ont longtemps couru derrière le score jusqu’à l’égalisation de l’inévitable Immobile au retour des vestiaires (48e). Après un coup de billard dans la surface, Parolo a ensuite offert la victoire aux hommes de Simone Inzaghi sur une frappe déviée (73e).