Interview : De retour à Sochaux, Joseph Lopy heureux et ambitieux

Joseph Lopy a scellé un protocole d’accord pour signer un niveau bail de trois saisons en faveur du FC Sochaux. Cinq après son départ en octobre 2015. L’émotion était vive pour le franco-sénégalais de 28 ans. Ce beau retour à la maison va rimer avec « mission ».

Joseph, on imagine toutes ces palpitations qui ont dû vous envahir au moment d’acter votre retour à Sochaux ?

C’est certain ! Je ne vais pas cacher mon attachement viscéral au FCSM. Je l’ai ressenti chaque jour quand j’y étais, chaque jour quand je n’y étais pas. Avant, mon rêve de jeune footballeur était d’aller jouer en Angleterre. Eh bien, là aujourd’hui, je peux dire que j’éprouve la même joie accomplie avec ce retour. Sochaux, c’est là où tout a commencé pour moi. C’est une très belle histoire…

Vous voilà maintenant avec une nouvelle mission excitante pour votre club de cœur. Il faut le ramener au-devant de la scène en Ligue 2 ?

C’est exactement ça. Je me sens en mission. Quand je suis parti, on était descendu depuis un an. Le jour de cette descente m’est resté en travers de la gorge. Ce match contre Evian, j’aurais voulu le jouer plus que tout. Malheureusement, à cause d’un pépin physique je n’ai pas pu être sur le terrain. J’étais en tribunes. J’ai tout regardé, impuissant, tellement faible. Je ne pouvais pas me battre pour mes couleurs, c’était tellement dur.

Tout ça est resté comme une source de motivation ?

Aujourd’hui, je me dis que j’ai la chance de faire partie de l’effectif et de pouvoir réécrire une histoire qui sera la plus belle possible, je l’espère.

Tous ces éléments affectifs ont fait pencher la balance face aux autres propositions que vous aviez à peser (NDLR : Auxerre, Caen) ?

Sincèrement, tous les clubs qui me voulaient partaient avec un handicap de 50 % par rapport à tout ça. Mais il n’y a pas que l’élément Sochaux. Je viens parce qu’il y a un beau projet. Il y a quelque chose de super bien à faire avec cette équipe. On va essayer de relever un challenge qui est à la hauteur du club et de son histoire…

Votre retour peut justement créditer la cohérence de ce projet ? Beaucoup de supporters le voient déjà comme ça…

Je ne vais pas m’avancer plus que ça. Quand on regardait Sochaux de l’extérieur cette saison, on voyait déjà qu’il y avait une belle équipe de construite. Il manquait juste une profondeur d’effectif car à un moment donné il y a eu quelques blessés, des suspendus et c’est devenu problématique. C’était une des équipes qu’on redoutait le plus.

Ce style de jeu vous plaisait ?

Oui, on se demandait par où passer pour les déstabiliser. C’était vraiment costaud. Mais la différence avec les concurrents à un moment, c’est la profondeur du banc, avoir des gars qui sont au même niveau que les titulaires. Aujourd’hui, Sochaux montre son ambition. En recrutant malin, en gardant les joueurs déjà là. Ils sont dans la logique de ce qu’ils annoncent.

Déjà impatient de retrouver ce groupe le 29 juin ?
Oui. Je vais arriver au milieu d’une bande de potes. Ce n’est que du plus. Je n’aurai pas de problème d’adaptation. Le foot, c’est de l’alchimie. On sait que c’est cet esprit « bande de potes » sur et en dehors du terrain qui amènera les résultats escomptés.

On va retrouver, cinq ans après, un Joseph Lopy  »adulte », presque épanoui au plan foot ?

J’ai envie d’enlever le « presque ». Quand je suis arrivé de Diambars en 2010, j’étais-là pour apprendre le métier, écouter, profiter des grands joueurs d’expérience qui étaient au club à l’époque. J’ai été super bien conseillé quand j’y étais. Ils ont su m’aiguiller. J’ai pu continuer mon chemin qui était parfois un peu difficile, parfois plus facile. Aujourd’hui oui, je reviens en adulte confirmé, qui sait où il va et où il met le pied. Je ne revendique rien sur ça mais je suis juste là avec cette envie d’apporter ma pierre à l’édifice. Je n’aurai pas à me forcer pour défendre le projet Sochaux !

Source L’Est Républicain