PSG : situation tendue entre Al-Khelaïfi et les joueurs sur la baisse des salaires

Pas du tout sur la même longueur d’onde que leurs dirigeants, les joueurs du Paris Saint-Germain refusent catégoriquement toute baisse de salaire et certains ne répondent même plus aux appels de leur employeur. Le climat est tendu…

Récemment sacré champion de France pour la troisième année consécutive, le Paris Saint-Germain ne montrera pas l’exemple… Alors que les clubs de Ligue 1 ont beaucoup de mal à se mettre d’accord avec leurs joueurs pour baisser leur salaire en ces temps de crise, ce sujet prend une tournure particulièrement tendue dans la capitale.

Ce jeudi, L’Equipe fait le point sur ce dossier en expliquant que les négociations sont toujours dans l’impasse. Pire, les dirigeants parisiens ne cachent même plus leur agacement face à l’attitude des joueurs.

Al-Khelaïfi tombe sur la messagerie

Le président Nasser Al-Khelaïfi aurait notamment beaucoup de mal à digérer le comportement de certains cadres, qui ne daigneraient même plus répondre à ses appels téléphoniques… Le cas Thiago Silva (35 ans) est particulièrement parlant. Sans préciser si le capitaine fait partie des joueurs «injoignables», le quotidien sportif explique que l’attitude du défenseur central, loin d’exhorter le vestiaire parisien à faire des efforts sur le plan salarial, a particulièrement du mal à passer en haut lieu. La situation contractuelle du Brésilien, dont le bail expire en juin et qui ne voit aucune offre de prolongation lui parvenir, n’est certainement pas étrangère à sa position.

https://1xbet.sn/?tag=d_42578m_1573c_

Un petit effort sur les congés payés ?

Toujours est-il que les négociations collectives restent dans l’impasse. Loin de la baisse des salaires envisagée, le club de la capitale en est réduit à espérer que les joueurs accepteront de renoncer à leurs émoluments durant leurs trois semaines de congés payés en juin. Et encore, rien n’est sûr à ce sujet… Alors que le PSG craint un manque à gagner pouvant grimper jusqu’à 200 millions d’euros, les dirigeants auraient aimé un état d’esprit bien différent de la part du vestiaire…

Avec Maxifoot