Moussa Marega vide son sac après le scandale raciste à Guimarães

Victime de cris racistes ce dimanche lors de la victoire du FC Porto sur la pelouse du Vitoria Guimaraes (2-1), l’international malien Moussa Marega s’est exprimé ce lundi dans « Team Duga » sur RMC.

L’image a fait le tour du monde dimanche soir. À la 71e minute de jeu lors du match entre Guimaraes et Porto (1-2), hors de lui, l’international malien Moussa Marega quittait la pelouse. Victime de cris racistes de la part de ses anciens supporters – lui qui a passé la saison 2016-2017 au Vitoria – il repoussait un à un ses partenaires qui tentaient de le faire revenir sur sa décision.

Dix minutes plus tôt, le joueur de Porto avait donné l’avantage aux siens sur un joli ballon piqué. Pendant sa célébration, des fans de Guimaraes ont arraché et lancé des sièges sur la pelouse. Marega a répondu à cette provocation en récupérant un de ces sièges, avant de le jeter de rage. Il a alors été rappelé à l’ordre par l’arbitre… qui lui a infligé un carton jaune. De quoi provoquer encore un peu plus l’indignation du Malien, qui décidait de rentrer aux vestiaires…

Après la rencontre, Moussa Marega avait réagi en publiant sur son compte Instagram un message en portugais pointant du doigt ces pseudos supporters ainsi que l’arbitre de la rencontre, les qualifiant de « honte ». Le joueur a depuis reçu le soutien de nombreux autres sportifs et acteurs du monde du football.

« Je me suis senti comme une merde »

Invité de « Team Duga » ce lundi sur RMC, Moussa Marega est revenu sur sa triste soirée. « Ça va mieux. Hier, c’était difficile. Je me suis senti comme une merde, c’était une grosse humiliation. Mais le match est passé, j’ai revu mon fils et ça m’a redonné le sourire, grâce aussi à tous les messages de soutien que j’ai reçus. »

Le natif des Ulis a aussi expliqué la réaction de ses coéquipiers, qui ont tenté de le retenir sur le terrain: « Dès le départ, mes partenaires ne comprennent pas ma réaction, ils sont choqués par ma décision de quitter le terrain. Ils ont eu une réaction d’amis, ils ont essayé de me calmer. Mais à partir du moment où je leur dis que c’est mort à cause des cris de singes et des cris racistes, quand c’est tout le stade qui crie, ce n’est pas possible. »

« C’est triste que cela arrive encore en 2020 »

D’autant plus quand les cris viennent de ses anciens supporters… « C’est ce qui me choque le plus. J’ai été prêté, j’ai toujours respecté le club et ses supporters. J’ai mis un but pour aller en finale de la Coupe du Portugal, on a fait l’une des meilleures saisons dans l’histoire du club. Quand je joue contre eux, je ne célèbre pas, je les respecte. Ce qui s’est passé, ça m’a choqué. Je ne pensais pas que le club avait des imbéciles comme ça. »

« On aimerait tous que les matchs s’arrêtent, il faudrait un geste fort », a-t-il ensuite développé. « Franchement, c’est n’importe quoi les slogans, les photos ‘Non au racisme’… Ce n’est pas suffisant. »

Le président de la République portugaise a émis l’idée ce lundi de passer un coup de fil à Moussa Marega. « Ce serait un honneur de parler avec lui, explique l’attaquant de Porto. Je lui dirai mon sentiment de honte à ce moment-là. C’est triste que ça arrive encore en 2020. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.