CAN : favoris, outsiders, équipes à suivre… Zoom sur une édition 2019 très ouverte

La 32e édition de la Coupe d’Afrique des Nations ouvre ses portes vendredi (20h GMT) au Caire en Egypte. Sans victoire depuis 2010, les Pharaons rêvent d’un 8e sacre continental, deux ans après le succès du Cameroun. Quels sont les favoris, les outsiders et les équipes à suivre pour cette compétition attendue par les fans du football africain ?

La Coupe d’Afrique des Nations fait peau neuve. Pour la première fois de l’histoire, la 32e édition de la plus prestigieuse des compétitions africaines, se disputera en été, entre le 21 juin et le 19 juillet en Egypte. Une édition qui mettra aux prises 24 nations, contre 16 lors des 12 épreuves précédentes, afin de donner aux plus petits pays la chance de découvrir les joies du plus haut niveau. Qui succédera au Cameroun, vainqueur en 2017 au Gabon ? Tour d’horizon des forces en présence.

Les favoris

L’Egypte

L’Egypte est logiquement le grand favori de cette compétition. Septuple vainqueur de l’épreuve (1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008, 2010), un record absolu, le pays hôte court toujours après un premier succès depuis 2010. Piteusement éliminée de la dernière Coupe du monde avec 3 revers en autant de rencontres, la formation dirigée par Javier Aguirre pourra compter sur un Mohamed Salah, récent vainqueur de la Ligue des Champions, remonté à bloc et toujours en course pour le Ballon d’Or, afin de récupérer son trône. Preuve que les Pharaons seront les adversaires à abattre, ils ont remporté 3 des 4 CAN organisées sur leur territoire, seul le Zaïre, en 1974, ayant réussi l’exploit de repartir avec le trophée des bords du Nil.

Le Sénégal

Derrière l’Egypte, le Sénégal fait très, très peur. Marqués par leur élimination dès les quarts en 2017, mais aussi par leur sortie cruelle dès le premier tour de la Coupe du monde, les Lions de la Téranga ont faim. Pour espérer remporter un premier titre continental, la formation d’Afrique de l’Ouest pourra compter sur un sacré effectif bien fourni à toutes les lignes : Edouard Mendy dans les buts, Kalidou Koulibaly en défense, Idrissa Gana Gueye au milieu ou encore Ismaïla Sarr, Mbaye Niang et Balde Keita en attaque, sans oublier l’excellent Sadio Mané, bien décidé à semer le trouble dans la course au Ballon d’Or. Un groupe de très grande qualité qui a tout pour réaliser son rêve.

Le Maroc

Comme le Sénégal, le Maroc a connu deux dernières compétitions décevantes : une élimination sur le fil contre l’Egypte en quarts de la dernière CAN et une sortie avec les honneurs du Mondial russe, durant laquelle les Lions de l’Atlas ont dominé leurs matchs face à l’Iran, le Portugal et l’Espagne. Pour confirmer les énormes progrès réalisés depuis désormais plusieurs années, la bande à Mehdi Benatia doit viser le titre final. Bénéficiant d’un groupe solide, dans lequel Hakim Ziyech, monstrueux avec l’Ajax, sera la principale tête d’affiche, Hervé Renard, vainqueur des éditions 2012 (Zambie) et 2015 (Côte d’Ivoire) rêve de réaliser un triplé inédit avec une troisième nation.

Les outsiders

Le Nigéria 

Toujours placé parmi les prétendants au sacre final, le Nigéria effectue son grand retour dans la compétition, après avoir raté les deux dernières épreuves. Vainqueurs en 1980, 1994 et 2013, finalistes en 1984, 1988 et 1990, troisièmes en 1976, 1978, 1992, 2002, 2004, 2006 et 2010, les Super Eagles ne se ratent presque jamais lors des CAN. Si John Obi Mikel, de retour en sélection, et Ahmed Musa, seront les leaders charismatiques de cette équipe, il faudra suivre de près les performances des jeunes Samuel Chukwueze, Alex Iwobi, Samuel Kalu et Henry Onyekuru, bien décidés à marquer le coup pour leur première participation à une compétition continentale.

La Tunisie

Rarement extraordinaire, toujours très solide. La Tunisie, surnommée «l’Italie d’Afrique» , n’est jamais ridicule lors des CAN, et compte bien réaliser un joli coup dans cette épreuve. Cinq fois quarts de finalistes sur les sept dernières éditions, les Aigles de Carthage, qui ont montré de belles dispositions en Russie, espèrent casser le plafond de verre qui les séparent d’un premier titre depuis 2004. Pour cela, Alain Giresse peut compter sur le retour de sa star, Youssef Msakni, privée de Mondial en raison d’une grave blessure, mais également sur les pensionnaires de Ligue 1 que sont Wahbi Khazri, Ellyes Skhiri ou encore Bassem Srarfi pour aller le plus loin possible.

L’Algérie

Décevante depuis son beau parcours au Mondial 2014, l’Algérie a reculé dans la hiérarchie du football africain. Un changement de statut qui pourrait finalement faire les affaires des Fennecs, repris d’une main de fer par Djamel Belmadi après une grande période d’instabilité. Sur le papier, le vainqueur de l’édition 1990 a largement les moyens de jouer des coudes avec les principaux favoris avec un effectif très équilibré : les défenseurs Aïssa Mandi, Ramy Bensebaini et Youcef Atal sortent d’une belle saison, tout comme le milieu Ismaël Bennacer, qui fait partie des révélations de Serie A. Riyad Mahrez, Yacine Brahimi, Sofiane Feghouli et Baghdad Bounedjah, meilleur buteur mondial en 2018, désormais soutenus par Andy Delort, représentent une des plus belles attaques de la compétition. Les défenses sont prévenues.

Les équipes à surveiller de très près

La Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire est rentrée dans le rang… mais pour combien de temps encore ? Particulièrement décevants depuis leur sacre en 2015, les Eléphants ont, comme l’Algérie, connu une période mouvementée, avec notamment le passage complètement raté de Marc Wilmots. Depuis repris par Ibrahim Kamara, le double vainqueur de l’épreuve devra faire sans son leader de défense, Eric Bailly, touché à un genou, mais pourra compter sur des éléments talentueux comme Franck Kessié, Wilfried Zaha ou encore Nicolas Pépé, exceptionnel cette saison, pour effacer la déception de la dernière CAN au Gabon, qui s’était arrêtée dès le premier tour sans la moindre victoire.

Le Cameroun

Initialement désigné pour organiser cette CAN, le Cameroun remet son titre en jeu. Vainqueurs courageux en 2017, les Lions Indomptables ne pourront plus avancer masqués désormais. Reste à savoir si un doublé, déjà réalisé en 2000-2002, est possible. Au vu des derniers résultats plutôt poussifs de la bande à Clarence Seedorf, qui s’est privé de Vincent Aboubakar, cela semble compliqué, même si cette nation a toujours su se transcender dans les grands rendez-vous continentaux. Pour tenter d’aller au bout, André Onana, excellent avec l’Ajax, ou encore Stéphane Bahoken et Karl Toko-Ekambi, feront le nécessaire pour empêcher leurs adversaires de leur ravir une couronne très convoitée.

Le Mali

Et si le Mali allait au bout de son rêve pour la première fois de l’histoire ? Troisièmes en 2012 et 2013, les Aigles y croient à fond. Pour cela, Mohamed Magassouba, qui ne pourra pas compter sur Yves Bissouma, blessé, pourra néanmoins s’appuyer sur des jeunes très prometteurs, parmi lesquels Youssouf Koné, Diadié Sammasékou, Amadou Haïdara ou encore Adama Traoré. Pour les entourer, Hamari Traoré, Abdoulaye Diaby, Moussa Marega et Kalifa Koulibaly seront également de la partie. Un cocktail qui pourrait s’avérer très intéressant pour permettre au Mali de créer la surprise en Egypte.

La composition des poules

Groupe A : Egypte, Congo, Ouganda, Zimbabwe.

Groupe B : Nigéria, Guinée, Madagascar, Burundi.

Groupe C : Algérie, Sénégal, Kenya, Tanzanie.

Groupe D : Maroc, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Namibie.

Groupe E : Tunisie, Mali, Mauritanie, Angola.

Groupe F : Cameroun, Ghana, Bénin, Guinée-Bissau.

Les vainqueurs de la CAN depuis 1957

2017 – Cameroun

2015 – Côte d’Ivoire

2013 – Nigeria

2012 – Zambie

2010 – Egypte

2008 – Egypte

2006 – Egypte

2004 – Tunisie

2002 – Cameroun

1998 – Égypte

1996 – Afrique

1994 – Nigeria

1992 – Côte d’Ivoire

1990 – Algérie

1988 – Cameroun

1986 – Égypte

1984 – Cameroun

1980 – Nigeria

1978 – Ghana

1976 – Maroc

1974 – Congo-zaïre

1972 – Congo

1970 – Soudan

1965 – Ghana

1963 – Ghana

1962 – Éthiopie

1959 – Égypte

1957 – Égypte

Avec Maxifoot 

Leave a Reply

Your email address will not be published.