CAF : le président Ahmad ahmed interpellé à Paris ?

Après une semaine très agitée suite à la polémique générée par l’arrêt du match en finale retour de la Ligue des champions Espérance Tunis-Wydad Casablanca puis par la décision de la Confédération africaine de football (CAF) de faire rejouer ce match, voilà encore une information qui ne va pas améliorer l’image du football africain…

D’après le magazine Jeune Afrique, l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclif) a profité de la présence en France du président de la CAF, Ahmad Ahmed, à l’occasion du Congrès de la FIFA, pour l’interpeller ce jeudi matin vers 8h30 à l’hôtel de Berri, à Paris, où il séjournait.

Le contrat avec Technical Steel dans le viseur

Selon la même source, les enquêteurs souhaiteraient en savoir plus sur la rupture unilatérale du contrat entre la CAF et Puma survenue avant le CHAN 2018, lorsque l’instance panafricaine avait quitté la marque au félin pour s’engager avec la société Technical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer (France), dont Ahmad serait proche des dirigeants. Ce contrat a attiré leur attention puisqu’il générerait un surcoût estimé à 830 000 dollars (739 000 euros) et ne serait donc pas avantageux du tout pour la CAF…

«Le contrat avec Technical Steel a été fait de manière transparente. Les sommes engagées par la CAF ont toutes été validées. Je regrette que des personnes cherchent à nuire à notre volonté de réhabiliter l’image de la CAF», s’est récemment défendu Ahmad. On devrait en savoir plus dans les prochaines heures…

Source Jeune Afrique

Leave a Reply

Your email address will not be published.